Rendez-vous le 8 septembre avec…

 

 

Rats.

Un mot qui provoque la peur, le dégoût, parfois la fascination, mais assurément pas l’indifférence. Une idée d’exposition improbable, mais devenue évidente après la découverte de Fabrice Minel et de son travail. Pour résumer la démarche de l’artiste, on reprendra ses propres mots : « des créations taxidermiées contemporaines sur les excès et les manipulations réelles ou potentielles à l’égard de l’état animal et surtout de l’état des rats. »

Au delà de l’aspect purement créatif, l’artiste se pose des questions plus générales  « Quelle est la responsabilité de l’homme envers la condition animale ? Et qu’en est-il du rat ? Notre rapport à cet animal est très ambigu : craint pour les maladies qu’il véhicule, éradiqué pour son caractère invasif et considéré comme nuisible, utilisé à des fins scientifiques, élevé en animal de compagnie, adulé et respecté en Inde ou bien cuisiné dans certaines cultures (…). A travers des mises en scène souvent hybrides, j’invite au questionnement et à la réflexion envers notre éthique animale. »

C’est beau, c’est drôle ; une manière de se réconcilier avec cet animal ?

Pour accompagner Fabrice Minel, nous avons convié trois autres artistes (peintres et dessinateurs) à s’exprimer sur le thème du rat.

Johann Brandstetter est dessinateur-illustrateur « naturaliste » reconnu en Allemagne. Avec un trait précis, il s’applique à « …donner un aperçu du point de vue artistique du naturaliste », et – dans ce monde où tout va très vite – il nous invite à prendre le temps de découvrir les détails. ».

Benjamin Flao est quand à lui bien connu des amateurs de Bande Dessinée et réputé pour ses illustrations de carnets de voyage ; il nous présentera son « panoRATmique »

Et enfin Zwy Milshtein, peintre et graveur, que l’on ne présente plus aux habitués de la galerie, qui s’est amusé pour cette occasion à croquer des rats.

Pour le vernissage – vendredi 8 septembre – nous aurons également le plaisir d’accueillir Fapeyla et JOUJOU.

Fapeyla fera une lecture de son texte  le signe des rats, un extrait des « Space Oroscopo » (les horoscopes du shangshung à visée prophétique et pataphysique), pour la sortie  du tome III des lunes 5 et 6 de l’année 2144 du coq de feu »

Et le duo JOUJOU (Benjamin Colin et Agnès Pinaqui) nous emportera dans son univers musical aux accents de « boom boom poetry ».