Des artistes de Wismar (Allemagne) en Beaujolais

L’histoire commence en 2012. L’université Lyon 1 et la Hochschule de Wismar organisent un échange culturel à l’occasion des 50 ans du traité de l’Elysée. La galerie se joint à ce projet en accueillant plusieurs artistes de Wismar. Une belle rencontre artistique et humaine. Des liens se créent entre la galerie beaujolaise et des membres du collectif d’artistes de Wismar . Très vite, l’idée d’organiser un nouvel échange (hors du cadre institutionnel) se développe. Ce projet s’est concrétisé avec, une première étape en juillet 2016 à la galerie de Wismar (expo de 6 artistes de notre région) ; et deuxième étape, juin 2017, avec la venue des allemands en Beaujolais.

La galerie Hinter dem Rathaus existe depuis près de 40 ans, et est gérée depuis 1990 par l’association d’artistes et d’amis des arts de Wismar. Ils organisent ainsi chaque année 10 expositions, dans la galerie située en centre ville. Peintres, sculpteurs, graveurs, les artistes ont pour la plupart une solide formation artistique.

Quelques exposants étaient présents au vernissage, le vendredi 9 juin . La soirée s’est terminée par un spectacle musical de Patrick SAPIN « On reconnait la chanson »  [d’amourtoujours, parfois] – Solo improbable pour un instrument de musique hors du commun (soubassophone) – extraits.

Expo du 9 juin au 2 juillet

Ouvert du jeudi au dimanche de 15h à 20h ou sur RDV – sera fermée exceptionnellement le vendredi 16 juin.

Du 7 avril au 1er mai : Compagnon, Damman et Gebel

La galerie vous propose de découvrir  3 artistes de la région.

Gregory COMPAGNON est – au choix – peintre, libraire, ou encore musicien . Dans ses peintures, il superpose et entremêle sans cesse différentes tranches de vies, comme une multitude de touches de couleurs fondues en un seul tableau.

Les peintures et sculptures de Patrick DAMMAN s’inscrivent dans un autre registre  : des couleurs – primaires – qui tranchent, des personnages exubérants, et un travail sur des supports variés.

Enfin, au regard des deux autres, les dessins de Vincent GEBEL – graphiste – sont épurés, presque minimalistes « Je fais des traits ; les traits s’accumulent ; et avec la vibration, le tracé et le geste, on arrive à remplir une surface et créer un espace à contempler ». De l’art abstrait qui affleure au figuratif.

Le concert : Solo de Elodie PASQUIER. Clarinettiste jazz, elle a joué dans diverses formations, qui lui ont permis de se produire dans de nombreux festivals et sur des scènes internationales. Mais son Solo tient également une place importante dans sa vie artistique. C’est ce solo que l’artiste présentera lors du vernissage.

 Vernissage le vendredi 7 avril à partir de 18h00 (entrée libre)

L’exposition est à découvrir du 7 avril  au 1er Mai

Jean Branciard et Christian Jacques à la galerie

Du 18 Novembre au 11 Décembre, la galerie Chybulski présente deux sculpteurs à l’évidente parenté : Christian Jacques et Jean Branciard. Tous deux travaillent des matériaux récupérés au gré de leurs pérégrinations sur les chemins. Des matériaux « qui ont fait leur temps », qui ont une histoire. Plutôt « ressorts de matelas ravagés, bidons déformés, ustensiles aux lambeaux oxydés, mécaniques désossées, boites de conserve rouillées » pour Christian Jacques. Pierres, bois, fers aussi, plumes, etc. pour Jean Branciard.

Tous deux vivent dans la région, ont beaucoup fréquenté le Marché de la création de Lyon, sont autodidactes mais se sont depuis toujours exprimés par le dessin.

Les points communs s’arrêtent là. Christian Jacques qui a exercé le métier de ferronnier d’art fait ses assemblages par de la soudure et aime faire figurer des êtres vivants, animaux ou humains, comme une touche figurative sur des socles sculptures.  « Parfois, explique Michel Texier, comme son maître Yankel, le sculpteur se fait peintre, dans d’étonnants assemblages de déchets alliant bois et fer sur des aplats colorés où dominent souvent le bleu et le rouge ».

Jean Branciard, utilise le fil de fer pour lier ses matériaux. Ses œuvres, sont, selon Myriam Liaudet, chargée des expositions à la MJC du Vieux Lyon «de véritables véhicules de rêves éveillés. Elles invitent à bien des voyages sur plusieurs niveaux, en embrassant déjà l’objet dans une globalité où votre imaginaire dessinera ses propres contours, ou en se laissant aspirer par les innombrables évocations proposées, à votre insu par les multiples composants qui la façonnent et lui donnent une âme. »

C’est une exposition très riches, avec de nombreuses pièces des deux sculpteurs que vous pourrez découvrir jusqu’au 11 décembre.

Et pour finir l’expo (et cette année 2016), petit pot en présence des artistes le 11 après-midi.

 

Expo Gravures & Cartonnages de Jacques Chauchat

En ouverture de la saison 2016/2017, la galerie Chybulski  accueille du 17 septembre au 9 octobre des Gravures et Cartonnages de Jacques Chauchat.

Formé à la prestigieuse école d’Arts Décoratifs Camondo, en design et architecture, Jacques Chauchat a commencé à travailler pendant une dizaine d’années comme décorateur sur de nombreuses productions de théâtre et d’opéra dans toute l’Europe, au coté du célèbre peintre et scénographe argentin Roberto Platé. Avant de se consacrer pleinement à la peinture et d’élargir par la suite son activité à la gravure, la construction de machines et la scénographie notamment avec le musicien Fantazio. Bien connu des fidèles de la galerie Fantazio assurera la partie musicale lors du vernissage, avec le clarinettiste et saxophoniste de jazz Antonin-Tri Hoang.

Il n’est jamais simple de parler des œuvres d’un artiste. Mais Jacques Chauchat a eu la bonne idée d’écrire un Manifeste pour moi-même très éclairant. Le voici en intégralité :

Je ne crois pas à la peinture abstraite

Je ne crois pas au monochrome

Je ne crois pas à la peinture punk

Je ne crois pas à la peinture rock

Ni à toutes les peintures à adjectif

Tout cela ne fait en fin de compte que des nuages, des flaques ou des griffures.

Nos glorieux aînés ont tout mis par terre, très bien, cela devait sans doute être fait, mais le chaos des uns n’est pas le chaos des autres, on ne construit ni un homme ni une cité avec ça. Il faut rester poli, je veux dire délicat et élégant, conscient de son peu, modeste, ce qui est déjà très ambitieux : simple et vrai.

Il y a une permanence dans la peinture, c’est là son royaume, c’est là qu’elle règne, je veux en être, la peinture est ce qui reste.

Je crois dans l’intelligence du regard, dans l’intelligence du spectateur, il ne faut pas trop dire, il comprend tout, il voit tout.

Je crois en une peinture de dessin et de couleur, expression de toute l’âme de l’artiste, suffisamment achevée pour circonscrire un monde et suffisamment inachevée pour que chacun puisse la faire sienne. Un tableau trop fini est un tableau mort.

Je cherche le charme, l’envoutement, la confrontation au mystère. On ne l’attrape que fortuitement, avec beaucoup de travail ou pas.

Je crois qu’il faut du temps, de la rumination, ce qui ne veut pas dire que le tableau soit mentalement pré peint, mais qu’il soit suffisamment sédimenté dans le peintre pour pouvoir sortir sans le gris de la pensée pensant sur elle-même.

Je ne crois pas au grand format, cela voudrait dire de grands projets, de grands desseins, de grandes gloires, ce temps-là est malheureusement derrière nous ; aujourd’hui c’est le doute et c’est aussi la honte ce qui est un bon début pour changer.

Etreindre une beauté nouvelle.

Je crois qu’il faut rire et aimer ou bien l’inverse

Je ne sais pas.

Jacques Chauchat

 

En attendant la reprise, petit tour à Wismar (Allemagne) avec 6 artistes

WismarLa galerie a accueilli il y a quelques années l’exposition d’un collectif d’ artistes de Wismar – petite ville au bord de la mer Baltique. Une expérience sympathique et des liens qui se tissent.

Un échange a donc été organisé entre le Mecklenbourg et le Beaujolais.

La Galerie Hinter dem Rathaus in Wismar exposera 6 artistes de la galerie pendant un mois. Trois d’entre eux seront présents au vernissage : Jean-Michel Debilly, Nathalie MillPa et Zwy Milshtein.

Et en 2017, c’est le Beaujolais qui exposera des artistes de ce collectif. A suivre…

Expo sculptures : Marcus Wittmers

Deux artistes berlinois à découvrir à la galerie :

Marcus WITTMERS & Saskia BUWERT

Du 28 mai au 26 juin 2016

 

 

Du 4 au 27 septembre : Francisco Córdoba présente « Spazio Tempo Diversità », exposition internationale itinérante

LA GALERIE CHYBULSKI FÊTE SES 10 ANS

Bientôt dix ans que la galerie propose des expositions diverses et variées. A l’occasion de cet anniversaire l’exposition internationale itinérante de  Francisco Córdoba. Spazio Tempo Diversità  fait halte dans le Beaujolais, du 4 au 27 septembre prochain

Francisco Córdoba,  peintre, poète italo-costaricien, est  surtout spécialisé dans les installations. Il a notamment été invité trois fois à la biennale de Venise.

Spazio Tempo Diversità est passée par Paestum (en Italie – 2013), arrive dans le Beaujolais en septembre et sera prochainement aux pyramides de Tula (au Mexique).

Le but de Francisco Cordoba est de réussir une parfaite symbiose entre ses oeuvres et le site choisi (la pierre dorée, l’architecture, et les couleurs caractéristiques à cette région). Ainsi, il installera des sculptures le long d’un circuit de Gleizé à Jarnioux, avec comme  point central le Cosset (la carrière et la Galerie).

Córdoba aborde dans ses oeuvres des thèmes fondamentaux tels que la paix, la solidarité, et les diversités (sociales, religieuses, etc. ). Ces thèmes sont envisagés en tant qu’instruments de communication et non pas de conflit. L’artiste veut également montrer comment l’art permet de promouvoir ces valeurs universelles.

Il s’agit aussi d’une nouvelle façon de défendre l’histoire, de lui donner vie grâce à des expressions d’art contemporain. Il veut  mettre en évidence la nécessité de protéger l’héritage historique et par la même les diversités culturelles, humaines et sociales.

Le projet de cette exposition a obtenu le soutien moral de l’ambassadeur du Costa-Rica à Paris, M. Macaya et de la mairie de notre commune de Ville sur Jarnioux

L vernissage a eut lieu le vendredi 4 Septembre

Avec, en soirée : concert de Daniele Ingiosi, accordéoniste (Avec au programme Astor Piazzolla et ses propres compositions) et performance de l’artiste accompagné à l’accordéon